Notre église

Présente à Ohain depuis 1875

La tourmente religieuse du XVIème siècle avait, pour ainsi dire, extirpé le protestantisme de nos provinces. En 1837, le territoire du Royaume ne comptait plus que 7 pasteurs et 15 Eglises protestantes. Les membres en étaient, pour la plupart, les derniers descendants en Belgique de ces protestants du XVIème. Ils n’étaient pas 800. C’est cette année-là que, dans notre région, « le vent de l’Esprit souffle sur les braises », et le mouvement redémarre.

Un fermier de Genval désire acquérir une Bible et contacte le « Comité pour la Diffusion de la Bible en Belgique », fondé par la « Société Biblique Britannique et Etrangère ». Ses responsables y voient un appel de Dieu et envoient en Brabant wallon un évangéliste suisse, Monsieur Vierne, qui vend des Bibles de maisons en maisons et rassemble des auditoires de 15 à 50 personnes à Genval, La Hulpe et, en 1840, à Ohain.

Plusieurs de ses auditeurs adhèrent sincèrement à l’Evangile et « se convertissent ». Malgré l’opposition brutale du Clergé de l’époque et la violence d’une population fanatisée par les prêtres, ces nouveaux convertis persévèrent dans le chemin de la foi. Pourtant, après plusieurs mois d’intimidation, de haine, de menaces et d’humiliations, effrayés et découragés, peu osent encore professer ouvertement leur foi. Certains émigrent en Amérique. En 1857, l’évangéliste est retiré de la région. Seule une dizaine de croyants persévèrent dans leur engagement de foi.

Parmi ces nouveaux convertis, une dame courageuse : Pauline Neveu, qui « amènera au Seigneur » ses 6 enfants et son mari Charles Corbisier, avant de se retrouver veuve. Les quelques croyants du village, une dizaine, se réunissent le plus souvent chez elle, à Ransbèche, pour lire et méditer la Parole de Dieu, prier, chanter des cantiques. Ils ont des contacts avec des familles de Céroux, à 8km, visitées par quelques serviteurs de Dieu, notamment le Pasteur Georges Gaudibert qui leur transmet une « vision d’Eglises » proches du modèle du Nouveau Testament, appelées « Assemblées de Frères ». Nous sommes en 1875.

1897En 1897, cette veuve et son plus jeune fils Elie Corbisier, receveur communal à Ohain, feront construire sur leur terrain, Place de Ransbeck, le bâtiment où se réunit l’Eglise encore aujourd’hui.

139 ans ont passé depuis ces débuts difficiles mais passionnants, au départ de cette poignée de croyants pratiquants, et Dieu a continué à y susciter, appeler et former des serviteurs et servantes fidèles et capables comme évangélistes, pasteurs, enseignants, diacres et les services multiples des membres favorisant une belle communion fraternelle et un bon témoignage, qui font le rayonnement et la réputation de cette Église Protestante Evangélique de Ransbèche. Il faudrait plus de temps pour raconter tout cela!

En 1990, le nombre des membres et sympathisants augmentant toujours, l’Eglise a doublé le volume de ses locaux.

 

Aujourd'huiAujourd’hui l’Eglise touche plus de 250 personnes, principalement des Communes de Lasne, Rixensart et Waterloo, mais aussi de plus loin, membres et sympathisants de tous âges. Les réunions sont nombreuses: cultes, groupes bibliques de maisons, réunions de prières, groupes d’enfants, de jeunes… Les responsabilités reposent sur les épaules d’une équipe pastorale secondée par des « diacres » et « diaconesses », élus par les membres dans un climat de respect et de confiance. Plusieurs s’engagent aussi au-delà de l’Eglise locale dans diverses œuvres et missions. Elle a gardé sa vocation d’accueil, d’accompagnement, d’enracinement dans la Bible, d’attachement au Christ, d’amour fraternel, de service et d’engagement dans la Société.

 

Depuis 2003, elle fait partie du Synode fédéral des Eglises protestantes et évangéliques du Pays.